Datage – loi et gaspillage alimentaire en conflit!

18.09.2019

Ces derniers jours on a pu lire que notre membre Christoph Jenzer spécifie, respectivement déclare très clairement, sur ses produits carnés à la fois «à consommer jusqu’au» et «conservé surgelé à –20 °C se conserve jusqu’au» – et cela dans le but assumé de diminuer le gaspillage alimentaire.

Con­scient qu’en agissant ainsi il est en réalité dans l’illé­galité il a lancé un important débat en même temps que l’interpellation soumise actuellement par la Conseillère nationale Daniela Schneeberger (PLR/BL). 

A ce propos, dans le cadre de «Stretto 3» et dans le but d’éviter de potentiels cas d’abus, l’UPSV a déjà proposé d’appliquer, au lieu de la date de congé­lation en parallèle, l’information complémentaire «Par la congélation à –18 °C au minimum dans le délai de la date de la limite de consommation, la conservation se prolonge de X mois». Les premières réactions de la part des autorités indiquent que ce type d’information serait probablement acceptable pour le consommateur final, mais pas pour le commerce intermédiaire.

Il y a près de quatre ans nous avons déjà fait ici, resp. dans le cadre de «Largo» mais sans succès, la proposition de remplacer la date limite de consommation et la date de durée de conservation minimale (DCM) par une indication unique «de préférence avant». Ceci parce que de nombreux consommateurs considèrent qu’un aliment qui aurait dépassé la date en question n’est plus consommable et qu’ils se contentent de le jeter; ils ne font d’ailleurs souvent pas non plus la différence entre les deux dates. Avec une indication «de préférence avant» on pourrait par contre introduire un terme à connotation positive qui renforcerait la responsabilité individuelle de l’utilisateur lors de l’évaluation de l’aliment. Il semble donc que, pour législateur et de manière analogue à l’UE, resp. au Codex alimentarius international, la date limite de consommation pour les aliments réfrigérés devra continuer à servir à la sécurité et la protection de la santé, et la DCM pour les autres à l’aspect qualitatif. On peut néanmoins se demander si un regroupement de ces deux indications en une seule date «de préférence avant» ne serait pas plus efficace – une idée qu’il s’agit de poursuivre au niveau international aussi!

Ruedi Hadorn, directeur de l’UPSV

 
 
 
 
Elias Welti, Chef de la communication et Directeur suppléant de l’UPSV
 
 
 
 
 

Union Professionnelle Suisse de la Viande UPSV · Sihlquai 255 · Case postale 1977 · 8031 Zurich ·  Tél. +41 44 250 70 60 · Fax +41 44 250 70 61 · info(at)sff.ch

Swiss Meat People